Alpinisme, escalade, ski de randonnée, cascade de glace, randonnée pédestre – Mercantour

Aperçu Pharmacie de l’extrême

Pour les voyageurs en altitude, c’est-à-dire séjour à partir de 3000 mètres, voici quelques conseils
pour construire votre trousse de secours avec votre médecin.

Altitude : en cas de problème la première chose à faire c’est de perdre de l’altitude !!
Idem avec prise de médicament !
Il n’est plus question de monter ni même d’attendre : il faut descendre !
Comme ce n’est pas toujours possible de perdre rapidement de l’altitude alors que c’est une question d’heures si ce n’est de minutes !!

Voici les médicaments recommandés en 2011

Diamox : médicament phare du MAM et des problèmes d’altitude….nous ne le conseillons pas !
Néanmoins utile dans certains cas de prise d’altitude rapide en début de voyage, exemple Tibet pour les sujets sensibles ou qui s’acclimatent lentement.
Attention effets indésirables, diurétique mais surtout paresthésies (fourmillement pieds et mains) donc attention aux gelures !

Dopant assez efficace.
2 écoles :
– anglo-saxonne en curatif
– française en préventif : une moitié de comprimé/jour pendant 7 jours à partir de 3000m.

MAM (mal aigu des montagnes) (maux de tête, perte d’appétit….) = Aspirine 2 à 3 g.

Œdème pulmonaire = sildénafil plus connu sous le nom de viagra (ou Adalate) + cortisone (solupred….).
Avant le très redouté glouglou dans les poumons… les symptômes courants sont les (dyspnées) difficultés respiratoires, la toux, un sentiment d’oppression dans la cage thoracique, la faiblesse et, finalement, la fièvre.

Dans la plupart des cas, l’œdème pulmonaire de (haute) altitude (OPA ou OPHA) se manifeste au cours de la deuxième nuit d’un séjour en haute ou très haute altitude.

Œdème Cérébral = cortisone (ex : solupred ou Celestene en comprimés et ampoules injectable (intra-musculaire)).
Il se manifeste par une perte d’équilibre, des céphalées (maux de tête), une confusion mentale, des hallucinations, une raideur de la nuque, des troubles visuels (dans quelques cas).

Il semble que la présence d’une ataxie (incoordination des mouvements) soit un des premiers signes de survenue d’œdème cérébral de haute altitude.
Cette pathologie est susceptible d’évoluer vers le coma et la mort dans les heures qui suivent les premiers symptômes.

Il n’est pas idiot de penser que tout ce qui vous arrive est lié à votre présence en altitude !
Toux, états grippaux, crèves diverses et variées, gelures…

Votre organisme lutte tellement pour s’adapter à l’altitude que toutes les pathologies se développent beaucoup plus facilement !

Gelures :

– prévention légère = Aspirine 3g/jour
fonzilane
adalate médicament à la fois utile pour l’OPA et les gelures mais attention à la très probable baisse de tension !

Problèmes occulaires : prévoir 2 types de collyre (infection ou irritation).

Etats grippaux, rhumes : Antibiotique à large spectre, rhinadvil.

Toux : Antitussif – pastilles pour la gorge, tussipax, ou néocodion attention assez fort petit bad trip possible.

Problèmes intestinaux : ercéfuryl (désinfectant), immodium (diarrhées), plâtre (smecta), bactrim forte, spasfon lyoc.

Antidouleurs : diantalvic et + fort comme topalgic

Anti-inflammatoire : comprimés et crème

Divers : Elastoplast, strapal, pansements, désinfectant, urgostrips.