Ascension du Cervin, arête du Lion

Avec Pierre, les 12 et 13 octobre derniers, à la faveur d’une belle météo et de bonnes conditions, nous sommes allés parcourir l’arête du Lion au Cervin.

A cette période, une montagne aussi réputée et prise d’assaut en période estivale reprend tout son charme et son authenticité.

A notre tour de découvrir ce fameux itinéraire ouvert le 17 Juillet 1865 par Jean Baptiste Bich et Jean Antoine Carrel.

La montée à la cabane Carrel 3829 m donne déjà le ton, il faut bien 5 h depuis notre véhicule laissé sur les pistes de ski de Cervinia.

Nous arrivons de bonne heure à la cabane. Sans vent, nous allons profiter de la terrasse jusqu’au dernier rayon de soleil. Surtout il fait bien meilleur dehors qu’à l’intérieur du refuge.

La cabane Carrel posée sur l’arête du Lion:

Le lendemain nous commençons l’ascension juste derriere la cabane par la corde de l’éveil.

Au petit matin le ciel est toujours bleu et sans vent, nous sommes deux cordées au départ.

Rapidement nous distançons l’autre équipe, nous sommes comme seuls à gravir le Cervin.

Au loin le massif du Mont Blanc brûle d’une lumière unique. Nos yeux sont concentrés sur l’itinéraire et sur la beauté qui nous entoure.

Dent Blanche 4357m:

Tranquillement nous évoluons. Ici, juste après le lever du jour, au niveau du passage dit la corde Tyndall.

Puis il faut remonter l’arête pour rejoindre le sommet du même nom, le pic Tyndall.

Au sommet du pic Tyndall, derriere la Dent d’Hérens 4171 m :

Le sommet du Cervin n’est plus trop loin:

Dans le bastion final il faut encore de l’énergie pour remonter cordes et échelles dans un style plutôt à bras.

A midi, nous arrivons au sommet Italien 4476m, la vue est géniale.

Nous sommes seuls là-haut dans le calme de l’automne.

Quel chance nous avons eu de parcourir cet itinéraire dans de telles conditions.

Laisser un commentaire

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com