Dolomites 2016 – Randonnées : Guides 06

Randonnée dans les Dolomites du 1er au 7 août 2016

Venant des quatre coins de la France, nous nous retrouvons en fin d’après-midi dans une charmante auberge, tout près du lac de Misurina.
Belle ambiance dès le début avec autour de la table Annie, Delphine, Elisabeth, Françoise, Guillaume, Joseph, Loriana, Mado, Maïa et Sonia.
Déjà, nous sommes intrigués et envoûtés par les trois cimes de Lavaredo que nous savons proches mais que nous découvrirons en fin de semaine.

Au matin du 2, nous approchons de Cortina d’Ampezzo, puis du col de Giau.
Non loin de là, nous laissons la voiture pour emprunter un joli sentier forestier qui nous permet d’arriver au refuge Palmieri pour le déjeuner.
Ce refuge est niché tout près du Lac Croda da lago.

Une petite vipère aspic a choisi le même endroit que nous pour profiter du soleil.
En prenant les précautions nécessaires, on peut tout à fait attraper le reptile pour l’observer plus en détail mais quelques voix inquiètes m’indiquent qu’il est temps d’éloigner le reptile de ce bel endroit.

L’après-midi, nous prenons un raide pierrier pour gagner la Forcella Rossa. Celle-ci permet de rejoindre le sentier qui mène au plateau de Formin. Le temps menace et nous décidons de nous arrêter sur une ante cime qui offre un beau promontoire sur le Monte Pelmo et notre parcours du lendemain.
Ce plateau est magnifique et fait penser aux hauts plateaux du Puez que nous avions traversés il y a deux ans un peu plus à l’ouest sur le parcours de l’altavia 2.

Nous revenons au refuge en faisant la boucle de la cime Croda da Lago, des grimpeurs ont choisi une de ses pointes comme objectif.

Le 3, nous partons tranquillement par un joli pâturage qui longe le sentier principal.
Une carcasse de vache à proximité immédiate du ruisseau nous rappelle qu’en montagne, des précautions sont à prendre avec l’eau de source.

Première halte non loin de la Forcella Ambrizzola, puis direction le passo Giau ; les marmottes se laissent admirer alors que, petit à petit, nous commençons à croiser quelques randonneurs à la journée ainsi que ceux plus aguerris qui empruntent l’altavia 1.

Le paysage est ouvert. Nous faisons halte au passo Giau et y croisons quelques motards dévoreurs d’asphalte. Il est vrai que l’auberge du col y offre quelques succulentes spécialités. Nous poursuivons dans un paysage débonnaire et atteignons sans difficulté le refuge des écureuils (Rifugio Scoiatoli).

Le refuge est idéalement situé, près des Cinque Torre qui constituent un véritable musée à ciel ouvert avec des ouvrages militaires de la 1ère guerre.

Un excellent dîner nous sera servi après une bonne douche chaude.

Le 4, départ avec une partie du groupe à 5h pour admirer le lever du soleil sur la cime du Nuvulau.
La vue sur les Dolomites est extraordinaire : La Civetta et sa grande face, les Tofanes, le groupe Puez-Sella ou encore la Marmolada…

L’après-midi, nous changeons de secteur pour gagner le lac Sorapiss.
Secteur fréquenté la journée mais isolé en cette soirée puisque le refuge comptera une vingtaine d’hôtes y compris nous.
Un groupe d’américains est venu spécialement pour photographier ce décor sublime.

Le 5, les prévisions météo annoncées depuis quelques jours s’avèrent exactes et m’obligent à modifier l’itinéraire.
Nous ne pourrons pas explorer le magnifique cirque de Sorapiss mais nous allons pouvoir regagner le Passo Tre Croci par la forcella Marcuoira qui déroule de part et d’autre un superbe sentier agrémenté de passages dans les landes alpines, les pierriers et la forêt.

Une belle salamandre noire est de sortie. Pour la petite histoire, cet amphibien d’altitude particulièrement actif par temps pluvieux a une espérance de vie pouvant atteindre 50 ans et une gestation de 2/3 ans!

L’orage donne la mesure et nous ne nous attardons pas dans le pierrier mais pouvons apercevoir à la volée une harde de chamois.
Là encore, le froid et l’humidité ambiante nous décident pour cette seule matinée pluvieuse à savourer un bon plat chaud dans un restaurant non loin du Passo Tre Croci.

Le 6, depuis le refuge Auronzo, nous partons faire le tour du Paternau.

Une belle variante nous permet de nous écarter du sentier et d’admirer, toujours dans cet environnement exceptionnel, des reliques de la 1ère guerre.
Après une pause-goûter bien méritée au refuge Locatelli, nous regagnons le refuge Lavaredo, et achevons ce séjour en apothéose en admirant les Tre Cime.

Merci à tous pour ce bon moment passé ensemble.

Leave a Comment

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com