Face Nord du Râteau, voie Cambon-Francou

Jeudi 28 mars 2019, avec Anouk et Pauline, 2 membres du GEAN (Groupe Excellence Alpinisme National) FFCAM (Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne) nous avons parcouru la voie Cambon-Francou 500 mètres TD+ en face Nord du Râteau 3809m.

Les faces Nord de la Meije 3983m et du Râteau 3809m :

Le tracé de la voie Cambon-Francou en face Nord du Râteau.
Depuis longtemps j’avais envie de me lancer dans cette voie sur les traces d’une des cordées les plus marquantes du début des années 90, Robin Molinatti, Pierre Rizzardo et Paul Robach qui en avaient réalisé la seconde ascension et la première hivernale en janvier 1993.

De notre côté l’hiver est fini mais les conditions n’en restent pas moins fraîches… :

Préparation du matériel sur le parking du télécabine de la Grave :

De la gare d’arrivée du télécabine de la Grave vue panoramique sur les Alpes :

Nous nous sommes installés dans la Cabane à Pugnat pour 2 bivouacs :

On profite jusqu’au bout du paysage exceptionnel et des lumières du moment :

Levé 03h, départ 03h45.
Descente du Pan de Rideau :

A 06h30 Anouk se lance dans l’ascension :

Pas véritablement difficiles, les premiers mètres au-dessus de la rimaye correspondent bien à la définition du terrain scabreux, rocher à la fois compact et demandant de l’attention sur un terrain aux prises un peu fuyantes.
Heureusement cela ne dure pas, ensuite les prises auront le mérite d’être franches :

Troisième longueur Anouk dans du bon vrai 5c. Par -10° avec un petit vent, à mains nues et en chaussures hivernales ce n’est pas de la tarte.

Bon test, depuis l’Annapurna je n’avais pas regrimpé en rocher dans ces conditions. D’ailleurs cela ne m’est pas arrivé si souvent, la dernière fois c’était en février 2012 dans la Walker en hiver avec Johan.

Anouk souriante au-dessus du surplomb en 6a, à vous de vous régaler mes cocos jolis :

Suit une longueur incroyablement raide, encore un 5c pas piqué des vers :

La vue sur la Meije est terrible :

Anouk au début d’une longueur de transition en terrain un peu moins raide mais toujours bien alpin :

C’est reparti pour une belle longueur soutenue en 5a :

Sur la fin de l’ascension ça se corse à nouveau…
Anouk aux prises avec du 5c encore plus difficile que ceux rencontrés précédemment eux-mêmes déjà bien costauds…

Au moins le rocher a le mérite d’être superbe :

Le temps est extraordinaire, cela tombe bien sortie de la voie atteinte à 20h30, retour par le couloir de la Girose à la Cabane à Pugnat à 01h30…

Une superbe aventure qui nous permet de bien préparer le GEAN 2019-2020 à des objectifs plus ambitieux…

Laisser un commentaire

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com