Gorges du Verdon : Afin que nul ne meure – Escalade : Guides 06

Gorges du Verdon : Afin que nul ne meure

Jeudi 25 avril 2013, avec Jean-Claude nous sommes allés faire une fameuse classique dans les Gorges du Verdon : Afin que nul ne meure, TD-, 6a maximoum, 150m.

Cette voie ouverte en 1985 par Michel Suhubiette a marqué un tournant, privilégier un niveau modeste pour le Verdon avec de la belle escalade homogène où on ne se fait pas trop peur.
Ces dernières années deux grands acteurs du Verdon ont continué dans ce niveau et cet esprit. Je citerais 3 voies en exemple : Bruno Clément avec Adieu Zidane et Hissage Nocturne, et Lionel Catsoyannis avec Pas de prélude pour Hervé.

Il n’y a pas que les grimpeurs de haut niveau qui peuvent profiter de toute cette dynamique. Les grimpeurs de niveau 6, nous avons l’embarras du choix, des moulinettes depuis les crêtes, aux belles escalades extérieures qui ont fait toute la réputation du Verdon en passant par les voies d’aventures souvent en fissure comme la Ula ou l’Estemporanée.

Après 150 mètres de rappels, on atterri au milieu de nul part, en effet sous le spacieux « jardin des écureuils » il y a encore une bonne centaine de mètres de paroi verticale.
Au pied du dernier rappel, le départ de notre voie est bien indiqué :

La première longueur en 5b/c qui est en traversée emprunte une longueur d’une autre voie fameuse mais plus difficile : Pichenibule.

Après bientôt 30 ans d’existence et beaucoup d’ascensions, le rocher est marqué par le passage des grimpeurs mais finalement c’est une gêne mineure.
Rocher avec des traces d’usure dans la seconde longueur :

Le style de l’escalade est roulant mais comme souvent dans le Verdon il faut être précis et concentré.
Jean-Claude à la fin de la seconde longueur :

L’ambiance de verticalité au coeur des Gorges est superbe :

 

Les longueurs en bon 5c se succèdent.
Jean-Claude dans la 3ème longueur :

La 5ème et dernière longueur présentant un difficile passage en 6a+ complètement usé, nous l’avons évité par la gauche ce qui permet de rester dans le 6a :

Malgré un timing serré nous avons eu le temps de faire une longueur de plus. Jean-Claude dans la dernière longueur en 6a de « A l’Est des Bens » dans le secteur de « l’arabe dément ».
Le rocher a franchement souffert mais on ne peut que conseiller cette longueur exceptionnelle!

Encore une superbe journée.

Laisser un commentaire

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com