Grande Séolane : « en attendant l’été »

Samedi 17 août 2019 avec Laure nous sommes allés en face ouest de la Grande Séolane 2909m grimper « en attendant l’été » TD++, 300 mètres, 6b+ maximum, prévoir des friends…
Cette voie a été ouverte par le Muriel Zucchini et Thibaut Tournier le 24 août 2014.

Depuis le temps que je voulais gravir ce sommet emblématique de l’Ubaye.

Laure dans la longueur dure, 6b+ dans le haut de la paroi :

Le tracé de la voie « en attendant l’été » TD++, 6b+ maximum, 300 mètres en face ouest de la Grande Séolane 2909m :

Un peu en aval de Méolans, en rive gauche de l’Ubaye, il faut remonter la vallée de la Blanche de Laverq pour atteindre ce petit coin de paradis qu’est l’Abbaye de Laverq 1580m :

L’Abbaye est entretenue et restaurée par les bénévoles de l’association des amis du Laverq :

La Petite Séolane 2854m et la Grande Séolane 2909m dominent la vallée :

La face ouest de la Grande Séolane :

Un paysan prête un champ transformé en aire de bivouacs avec des âtres bien définis. Quel accueil et quel espace de liberté formidable. On se sent tout de suite bien au Laverq!

J’ai oublié de vous dire, la Grande Séolane il faut se la gagner… 1000 mètres de dénivelé pour atteindre le pied de la paroi!
Le parking supérieur étant fermé à cause des derniers orages qui ont bloqué des véhicules on doit marcher 1,5km supplémentaire. 07h30, c’est parti pour une belle journée de plein air… :

Les topos indiquent de passer à la cabane des Cadans qui n’est pas indiquée sur la carte IGN… en fait le sentier démarre aux cabanes des Vieux. Bref on a pas trouvé on est montés droit dans les raides pentes d’herbes ce qui nous a fait un bon exercice cardio-respiratoire matinal :

Alors que doucement la vallée du Laverq s’éloigne :

Petit à petit la paroi finit par se rapprocher :

Derrière Laure, la Petite Séolane 2854m :

Les derniers mètres ne s’avèrent pas être les moins exigeants :

Enfin on prend de la hauteur et la vue devient très belle :

La paroi est désormais toute proche :

Un dernier éboulis et nous sommes à pied d’oeuvre. De l’Abbaye du Laverq nous aurons mis 02h15 :

La première partie est en grès, Laure commence à grimper les 2 premières longueurs 5b et 5a.
Ayant prévu de ne pas redescendre en rappels dans la paroi mais de faire le tour à pied nous grimpons chacun avec un sac :

3ème longueur, une superbe fissure en 5c entièrement à protéger sur friends :

4ème longueur, 5c+ présentant une escalade peu raide et technique car peu prisue, très intéressant :

Malgré l’été caniculaire nous sommes contents que le soleil nous rejoigne, à l’ombre à 2700m il fait quand même frais.
5ème longueur, 5c+, différente de la précédente mais tout aussi intéressante :

Laure à la fin de la 6ème longueur, 6a. Fin bien technique également qui amène au pied du bouclier final :

Nous voici au pied du bouclier compact qui barre la sortie. 7ème longueur, les friends ne devraient servir qu’avec parcimonie, il va falloir s’engager entre les points, 3 ou 4 pitons et 4 goujons sur toute la longueur :

Laure au relais, bien présente pour cette longueur « impegnativa » comme disent nos amis transalpins :

Bravo Thibaut je n’ai pas vraiment randonné cette longueur présentant une escalade exigeante avec un équipement parcimonieux dans une superbe ambiance. Petit friend dans le début de la longueur et camalot 2 pour sortir.
Répétiteurs potentiels oubliez le 6a+ annoncé, comptez un bon gros 6b ou même un 6b+ pour l’environnement!

Laure dans la partie la plus raide :

Camalot 2 utile pour sortir au relais :

8ème longueur, départ incroyable sur incrustation de silex. Un mouvement bien physique 5c+, puis facile mais je n’ai pas réussi à me protéger… :

Une dernière longueur en bon 5b avec un piton camouflé, on passe le relais de descente un peu sous la crête sommitale et nous voilà en haut, nous avons mis 04h45.
Tout en bas la Vallée du Laverq :

De ce côté vue sur la Petite Séolane et à droite les sommets des Ecrins : Ailefroide 3954m, Pic Sans Nom 3913m et Pelvoux 3943m et son glacier des Violettes bien caractéristique

Ici, Barcelonnette et les sommets de la Haute Ubaye :

Comme nous ne voulons pas descendre en rappel car il y a trop de cailloux en équilibre sur les vires et les zones faciles, nous restons encordés car nous ne savons pas encore exactement par où nous souhaitons rentrer :

Finalement nous optons pour le début de la voie normale de la Grande Séolane :

Puis nous prenons la variante dite de « Lou Chiminet », la Grande Cheminée afin de rentrer par la Tête de la Sestrière 2575m et le GR56 :

Superbe randonnée retour quoiqu’un peu longue pour terminer la journée… 13 kilomètres, 100 mètres de remontée, 1400 mètres de descente, le tout en 03h30 :

Au moins on voit du pays!

Retour au camp à 19h10, soit 11h40 pour faire la boucle.
Une superbe et longue journée comme on les aime!

1 réflexion au sujet de “Grande Séolane : « en attendant l’été »

  1. superbe sommet bien isolé que j’avais parcouru en ski en 2007 par le couloir Sud Est , montagne d’une ambiance….différente!
    chapeau pour la voie!!!!

    Philippe Vernet.

Laisser un commentaire

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com