Le Flocon de Koch – Freissinières – Cascade de glace : Guides 06

Répétition du Flocon de Koch à Freissinières

Laurent est de passage à Nice, depuis qu’il vit à Paris c’est une chose rare de le voir dans le coin. Pas de chance le temps est pourri en ce moment. Nous allons donc au pan nous dégourdir les doigts !

C’est avec lui et son frère Fanfoué, qu’il y a quelques années, nous avons connu nos premières expériences en montagne, dans un esprit plutôt décontracté… Comme au Corno Stella où j’ai découvert l’escalade traditionnelle : Grasse matinée, approche en tongs, 1 piton en fond de sac, sans marteau bien sûr….”Non à la perceuse”, “banzai”, des noms de voies qui m’auront laissé bien des souvenirs !

C’est donc naturellement qu’entre deux blocs je lui conte mes dernières épopées.Il rigole, et me dit : “je suis content de voir que mise à part le niveau, rien n’a changé ! “…

 

 …Une envie de pleurer m’envahit, je viens d’assister impuissant à la chute de mon plus beau marteau…Il avait vécu de belles ascensions comme shining ou the shield ! Max aussi n’y croit pas.
Nous venons à peine de remonter notre corde fixée la veille que nous nous retrouvons sans marteau. heureusement nous avons prévu 2 bivouacs et qu’il nous reste que 5 longueurs durs. On est large !

Quelques heures plus tard, Max a réussi à grimper en libre une longueur d’artif en A2, Bien joué ! quand a moi j ‘ai buté dans un 6a….C’est plein de questions que je redescends à la vire où nous avons prévu de passer la nuit.
Quelque que hurlement plus tard je m’aperçois que je perd mon calme…. Stéphane m’avait pourtant prévenu que ca pouvait être compliqué de monter ce portaledge. Cela fait presque 2 heures que nous essayons de l’installer en vain. Je m’imagine déjà passer la nuit assis dans les étriers comme les anciens…mais la nouvelle génération a besoin de plus de confort ! désemparés, nous demanderons même de l’aide au pghm…!!…heureusement, après une courte pause pour manger nos lyophilisés, un miracle se produit et le portaledge s’ouvre comme une tente “2 secondes” .  C’est vraiment simple en fait !

Le lendemain, c’est le coeur noué que je me lance pour la 2ème fois dans ce fameux 6a. Il s’avère que la longueur s’est éboulée ! Heureusement nous avons pris la perceuse… Mais bien sûr qu’un seul accu ! et aussi 5 goujons de 10mm et 8 de 8mm. C’est parti pour du grand artif, crochet foré, spit de Huit, crochet foré,…Puis trop rapidement, je casse notre unique mèche de 8mm ! Le regarde vide j’annonce la nouvelle à Max. La retraite à ce stade de la voie est extrêmement compliquée voire impossible. Nous étions venu avec l’ambition de grimper la voie en libre, l’espoir d’arriver au sommet de la voie est maintenant un objectif assez ambitieux pour notre cordée !

Après une nuit dans une ambiance complètement énorme, nous arrivons enfin au sommet du Flocon. La Koch dans la poche. Il nous reste encore un goujon de 10mm, on était large !

la vidéo et le récit de Max ici

 

Ps: Je promet dans l’avenir de progresser et de faire de mon mieux dans la préparation de mes futurs courses que se soit entre copains où avec mes clients !

 

Leave a Comment

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com