Meije, Directe à la 3ème Dent – Alpinisme : Guides 06

Meije, Directe à la 3ème Dent

Mardi 13 août 2013, dans le cadre du Groupe Espoir 06 FFCAM, avec Elsa, Florence et Robin nous sommes allés grimper la Directe à la 3ème Dent 3951m, en face sud de la Meije 3983m, TD (!), 700m.

Dans le détail, c’est la voie du Bastion Central, ouverte par Pierre Chapoutot et Bernard Wyns les 04 et 05 juillet 1969, combinée avec la première voie de la face sud de la Meije, ouverte par Angelo Dibona, les frères Max et Guido Mayer et Luigi Rizzi le 28 juillet 1912.

Les 2 dernières longueurs, qualifiables de bonus terminal ne sont à rater sous aucun prétexte. Cette variante ouverte par Eddy Stofer le 14 août 1927, est d’une difficulté de IV+/V à 5c selon les avis.
Passage déversant au gaz ébouriffant, et comme à l’époque ils n’étaient pas encore arrivés en France…ouvert sans piton! Même Gaston Rébuffat s’est fendu d’un : « sensationnel passage terminal »!

La face sud de la Meije vue du vallon des Etançons :

La veille nous avons rejoint Florence au refuge du Promontoire 3092m, les jours précédents avec Antoine ils ont grimpé :
– la Pyramide Duhamel 3420m « tout est bon dans le nichon » TD+, 300m 6c maximum 
– le Grand Pic de la Meije 3983m, par la voie n° : 22 du tracé, « le Dossier du Fauteuil » ED-, 800m, 6b+ maximum.
C’est pour moi un immense plaisir de constater que cette action Groupe Espoir a porté ses fruits. 

La Directe à la 3ème Dent c’est la combinaison des tracés 16 + 6 :

Afin de revenir du même côté que la voiture, nous avons pris le télécabine de la Grave à la gare de Peyrou d’Amont 2416m. A la sortie de la remontée mécanique la vue sur la face nord de la Meije est saisissante.
L’itinéraire pour rejoindre le versant sud et le refuge du Promontoire passe par l’Enfetchore de gauche, c’est l’énorme pilier situé au centre de la photo, puis le glacier de la Meije et un peu à droite la brèche de la Meije 3357m :

Le petit lac à proximité du télécabine est très agréable :

Un peu sur notre droite la peu parcourue face nord du Rateau 3809m :

Face à nous les Enfetchores paraissent très raide :

Finalement le cheminement très astucieux permet de ne jamais dépasser le 3ème degré :

Pour sortir au sommet de l’Enfetchore de gauche nous prenons l’option de gauche qui grimpe un peu plus.
Dans la petite facette qui permet de rejoindre l’arête, Elsa assure Robin avec un bon becquet :

Ensuite, la petite arête qui permet de sortir au sommet des Enfetchores est très esthétique :

Une fois sur le glacier nous avons une vue imprenable sur la face nord de la Meije :

Derrière-nous sur la gauche, la vue sur le Plateau d’Emparis et au fond les Grandes Rousses est vraiment géniale :

La rimaye passe facilement et la Brèche de la Meije est à portée de main :

Les quelques dizaines de mètres du glacier à la brèche sont en rocher exécrable :

Elsa et Robin à la Brèche de la Meije :

Le Vallon des Etançons.
La descente versant sud est rapide, le refuge du Promontoire n’est plus très loin :

Après une bonne nuit. Merci à Nathalie et Freddy pour leur accueil exceptionnel.
Lever à 4h.
Vers 6h30, Elsa en haut de la première longueur :

Un petit bémol, je trouve que les spits ajoutés en 1994 par Pierre Chapoutot et Jean-Michel Cambon, même s’ils facilitent grandement l’assurage sur ce rocher compact, ne sont pas opportuns.

Sur la Meije, il y a de nombreuses voies équipées ou semi-équipées et c’est à mon avis une chance pour les grimpeurs. En revanche, je pense que les voies historiques doivent garder au maximum leur caractère. Dans ces voies exposées, on ne vient pas seulement chercher le plaisir de grimper mais une part d’aventure et d’histoire.

Presque 20 ans après ce rééquipement partiel, avec le retour en force de l’escalade traditionnelle, la question du dé-rééquipement pourrait se poser ?
A la sortie du très raide premier verrou, 5c :

Au-dessus de nous la paroi est dans les nuages :

Comme les prévisions météorologiques l’indiquent, on espère que ce ne sont que des nuages passagers…
Pour le moment vers l’ouest ce n’est pas terrible :

Et vers l’Est non plus !

Une zone facile rapidement avalée et c’est parti pour le bouclier de dalles :

Les longueurs se succèdent :

A cause d’une erreur d’aiguillage de ma part on fait une très jolie variante :

Au-dessus de nous la suite est impressionnante :

Une cordée plus rapide que nous dépasse déjà Florence et Robin, avant de nous doubler également et puis d’ouvrir la route :

Après les dalles le début de la traversée à droite :

Au relais on se les pèle :

Un peu plus haut nous rencontrons une deuxième zone de dalles très compacte.
Je me demande si nous ne sommes pas à nouveau un peu sorti de la voie!?
En tout cas c’est de la belle grimpe :

Vers 10h30 le soleil arrive sur la paroi et comme par miracle les nuages se dissipent.
Cela a beau être l’été cette source de chaleur nous fait le plus grand bien, d’autant que cette longueur en 5c, est complètement trempée :

Encore une grande longueur et nous aurons terminé le Bastion Central : 

Cette première partie, nous a pris environ 5h.
Là, nous avons rejoint la partie haute de la Banquette des Autrichiens, la suite de l’itinéraire sort sur les arêtes de la Meije par la voie historique de 1912, la voie Mayer-Dibona-Rizzi :

Nous avons de la chance les prévisions météorologiques se sont avérées justes, maintenant il fait grand beau.
A l’ouest nous avons une belle vue sur le sommet du Râteau Est 3809m :

Derrière-nous la vue sur le Vallon des Etançons est superbe :

La traversée horizontale à gauche au début de la partie terminale :

Après la grande traversée à gauche, on grimpe dans un univers étonnamment raide pour une voie de 1912!

Sous nos pieds c’est vertigineux.
En haut à gauche de la photo, l’arête du Promontoire où se déroule la première partie de la montée au Grand Pic de la Meije :

Elsa dans l’avant-dernière longueur :

D’ici la vue est très belle, au premier plan la Grande Ruine 3765m, au fond le Pelvoux 3946m, la Barre des Ecrins 4102m, à sa droite sur un plan plus proche, le Pic Coolidge 3775m, et à nouveau au dernier plan, les Ailefroide 3954m et les Bans 3669m :

Au-dessus, la cerise sur le gâteau, le dièdre surplombant ouvert par Eddy Stofer :

La sortie sur le fil des arêtes offre un contraste saisissant.
Le Râteau, la Grand Pic de la Meije et la 2ème Dent :

Après 10h dans la paroi nous devons terminer par la fin de la traversée des arêtes.
Le franchissement de la 4ème Dent 3940m avant le Doigt de Dieu 3973m est toujours un passage très impressionnant :

Pour notre part nous franchissons la terrifiante 4ème Dent en rappel :

Robin arrive au Doigt de Dieu :

Apres quelques rappels nous rejoignons le haut du glacier du Tabuchet.
La vue franchement superbe complète agréablement cette journée :

A 18h30 nous sommes au refuge de l’Aigle 3450m, officiellement fermé cette année.
De toute façon nous avons prévu de descendre pour enchainer plus facilement sur la suite de notre stage :

A la sortie du glacier du Tabuchet, la vire Amieux nous tend les bras :

Cette superbe journée de plein air prendra fin à la voiture vers 21h.
Seul petit désagrément, une glissade intempestive sur un névé me fera tomber le téléphone d’une poche…un guide le retrouvera 3 jours plus tard. Merci!

Laisser un commentaire

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com