Trois jours de Merveilles

Du 23 au 25 juin, Marie, Ewa et moi même nous nous sommes mis en chemin pour randonner dans la Vallée des Merveilles sur trois jours.

Cette vallée dont le nom tient autant du miracle que des merveilles qu’elle comporte offre des recoins très sauvages et une faune exceptionnelle qui nous ont émerveillés…

Nous commençons l’itinéraire à Casterino en remontant la rive gauche du torrent de Valmasque, plus sauvage. La floraison est exceptionnelle, notamment les orchidées et toutes les sortes de Lis, entre autres… Des nuées de papillons azurées, des apollons, zygènes …

 

Les chamois sont dans leur élément, imperturbables.. en harde ou  en solitaire

 

 

 

 

 

 

Nous approchons du refuge de Valmasque, situé plus haut, derrière le ressaut

Un peu de repos, un repas savoureux servi par Michel et Manon au refuge de Valmasque et un coucher de soleil magnifique!

En route pour la baisse de Valmasque, la lumière matinale est splendide sur cet écrin du lac vert, avant de poursuivre par le lac noir et le lac du Basto

Nous avançons bien et malgré la météo annoncée assez moyenne, nous décidons de faire l’ascension du Bégo. Une courte halte nous permet d’admirer le vallon de Valaurette, le plan Tendasque et le vallon de la Minière.

Des drapeaux de prière tibétains flottent au sommet du Bégo. Attention, la montagne sacrée réserve des surprises! Alors que nous redescendons, deux épisodes orageux arrivent à toute vitesse. Le premier nous épargne et semble sévir côté Piémont. Le deuxième, plus rapproché nous ne durera qu’une vingtaine de minutes. Nous avons le temps de nous mettre à l’abris dans un gias (abris sous roche) avant de repartir.

Nous prenons le temps d’admirer quelques gravures avant de redescendre au refuge. Bravo à Hugo et à son équipe pour leur accueil au refuge des merveilles!

 

Nous repartons ce troisième jour en direction de la baisse de Valaurette. Nous remontons alors vers l’ouest l’arête qui vient buter sur les contreforts du Bégo. Cet itinéraire sauvage et hors sentier est très peu emprunté et permet d’admirer tous les versants du Bégo.

Une cinquantaine de chamois se prélassent au soleil mais les femelles avec les éterlous sont craintives et ont l’instinct de protection… notre présence dérange

Plus haut des bouquetins mâles d’une quinzaine d’année arborent fièrement leurs cornes

Nous descendons sur la caserne abandonnée construite par les chasseurs alpins italiens par un cheminement raide entre les barres rocheuses. A l’intérieur, une femelle choucas couve bien au frais ses petits dans un nid. Les bouquetins se régalent dans ce milieu rupestre.

 

                                      

A l’approche de la baisse de Fontanalba et du Lac Ste Marie:

                  

Puis une redescente magique sur les Chappes de Fontanalbe!

 

 

Il ne reste qu'un commentaire Aller aux commentaires

  1. ESTIER /

    Une merveilleuse échappée belle ponctuée de grandes émotions à la vue de ce don de la nature qu’est la Vallée des Merveilles. Elle porte si bien son nom… tout y est, une biodiversité incroyable, un bonheur total pour les amoureux de la nature ! On ne peut que s’émerveiller.
    Ce fut un vrai challenge pour moi, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre n’étant pas une habituée de rando… Amaury et Marie ont rendu cette virée d’une incroyable richesse tant sur l’incroyable connaissance du lieu, de la flore, des vestiges moresques.. Amaury partage son savoir avec passion est cela contribue énormément à la découverte de cet magnifique endroit. La magie opère….Tout y était, une magnifique rencontre humaine, la richesse des informations tout au long de l’ascension, la sympathie et une grande bienveillance … Merci encore pour cette sublime expérience à vous deux qui restera à jamais dans mon coeur. Déjà hate de repartir… à coup sûr cet hiver !!!! Ewa

Laisser un commentaire

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com