Baou de Saint-Jeannet Innominata directe

Dimanche 16 mai 2021, avec Sacha, Lou-Ann, Laure, Régine et Jean Gounand nous avons en partie ouvert une variante directe de l’Innominata qui évite le « plan des baragnes » et en passant par là devient donc l’Innominata directe, TD, 6a+, 200m.

L’Innominata a été ouverte le 29 novembre 1943 par les cadors de l’époque : Jean Franco, Karékine Gurékian, Marcel Malet et Paul Revel. Ils avaient toutefois évité la fissure à la Rose dont on ne connait plus les premiers ascensionnistes.
La variante directe que nous avons inaugurée démarre du relais après la « traversée de l’Y » et emprunte, d’une part, la fin du Parachutiste, une voie de Pierre Brizzi et Serge Moulière de 1974 et d’autre part, 2 petits passages que nous avons ouvert.

A 3 cordées de 2, sans trop savoir ce que nous allons rencontrer, cela représente pas mal de matériel.
Sacha tout content de tenter cette aventure :

Le tracé de l’Innominata directe vu du pied de la Grande Face du Baou de Saint-Jeannet :

Jean Gounand, bon pied bon oeil, la légende de l’alpinisme dans les Alpes-Maritimes, hivernales, ouvertures, variantes audacieuses, 70 fois la Directissime et toujours aussi rayonnant!

Premier passage clef de l’Innominata la « traversée de l’Y », un IV+ historique que nous remontons à 6a. Au delà des cotations c’est superbe :

La « traversée de l’Y » et le « balcon des sans soucis » vus du haut :

Au tour de Sacha, de son 1,45m, c’est encore un cran plus dur :

Laure dans L4, première longueur de l’Innominata directe. On reprend une longueur du Parachutiste cotée V/A1, où nous avons rajouté 3 pitons et élagué quelques arbustes nous évaluons cette longueur à 6a.
On croise Astragale Nocturne dont on a utilisé un point et le relais.

Sacha dans la 5ème longueur.
Du relais d’Astragale Nocturne nous avons vraisemblablement ouvert une traversée horizontale à gauche pour atteindre et remonter le fil du pilier puis rejoindre la fin du Parachutiste où nous avons rajouté un piton et replanté le piton forgé qui était devenu tout branlant.
Ensemble en 5c :

Ensuite nous avons ouvert un petit mur très légèrement déversant en 6a+ où nous avons laissé une lunule au pied et 2 pitons dans le passage. Puis nous avons rejoint l’Innominata et par une longueur peu difficile atteint les « vires Vernet ».
Tout ceci nous a amené au pied du second passage clef de l’Innominata la fameuse et terrible « fissure à la Rose » un passage de seulement 3 mètres de haut en V- historique qualifié à l’époque de pénible, que nous nous permettons de réévaluer à 6a off width. C’est à dire hors gabarit de coincement, trop large pour le poing et trop étroit pour rentrer dedans en « cheminée ». En quelque sorte une bonne préparation pour le Yosemite.
Bref en cas de désarroi prolongé, c’est là que la friend n°6 peut servir ainsi que les gants de fissure pour les personnes sensibles car il y a 2 ou 3 verrous de mains à réaliser pour se rétablir.
Nous évaluons l’ensemble de la longueur à 6a+. Coté 6c sur le site collaboratif CamptoCamp, cela peut paraître exagéré, mais finalement c’est peut-être ce que ressent un grimpeur peu coutumié de ce style.
Sacha dans le passage clef de la « fissure à la Rose » :

Véritable épreuve initiatique, Sacha en partie dévoré par la « fissure à la Rose » :

Jean Gounand dans le passage clef de la « fissure à la Rose ». Ce n’est pas un passage très impressionant, c’est surtout une fois dedans qu’on mesure mieux la problématique :

La « dalle au lézard », itinéraire historique corrigé, comptez un 6a :

Vue sur la « proue de navire » et au loin la mer :

Encore une journée géniale au Baou de Saint-Jeannet où cohabitent les voies équipées, les voies semi-équipées et les voies en « terrain d’aventure ».
Le topo avec nos cotations qui n’engagent que nous, et ce que vous en ferez, qui entendons-nous bien, n’engage que vous :

2 réflexions au sujet de “Baou de Saint-Jeannet Innominata directe”

Laisser un commentaire

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com