7 réflexions au sujet de “Thomas”

  1. Une grande tristesse,
    Avec Thomas nous avions réalisé la traversé de la Meije en juillet 2018.
    Nous étions content de partager cette course avec Thomas, qui la faisait aussi pour la première fois, cela a renforcé l’esprit de cordée, car nous n’étions plus de « simples clients » mais nous partagions, ensemble, une aventure commune. Et c’est bien dans cet esprit que Thomas nous a guidé.
    C’était pour nous, notre première grande course dans les Alpes.
    Je garde comme souvenir l’aisance avec laquelle Thomas se déplace sur ces arêtes effilées, et le bonheur d’être, là, avec nous.
    Quelques mots résonnent encore quand Thomas nous encourage avec bienveillance, après la goulotte sous la Dent Zsigmondy, à « reprendre le bon rythme que nous avions », ou encore sur la descente vers le glacier de l’aigle où notre « train de sénateur » va nous faire rater la bière…
    Thomas m’a ainsi transmis ce gout pour l’aventure en montagne, et l’envie de gagner en autonomie.
    Il me restera ce souvenir, et cette photo de Thomas et nous 2, au sommet du grand pic, avec le doigt de dieu en arrière-plan, et surtout ces sourires radieux, d’un bonheur partagé, de compagnons de cordées, heureux d’être là,
    Un instant éphémère avec Thomas, qui a profondément marqué ma pratique de la montagne….

    Courage à sa famille et ces proches…..

    Répondre
  2. Cher Thomas,
    Merci pour ta bienveillance, ta gentillesse, ton intelligence humaine et ton sourire, qui seront éternellement dans nos cœurs. Merci pour tes enseignements qui guideront toujours nos pas en montagne. J’ai été chanceux et honoré d’avoir pu croiser ta route et de t’avoir suivi sur de nombreux chemins. Toutes mes condoléances à ta famille et tes proches. Yannick Ponty

    Répondre
    • Il y a des tonnes de sourires en montagne, des tonnes de gens bien, des tonnes de douleurs aussi, j’espère que tout cela a un sens, que tout n’a pas été vain…
      Toute cette belle lumière qui rayonnait de toi petit frangin des sommets, ta place est gravée bien visible dans ma mémoire…
      Adieu Thomas

      Répondre
  3. Cher Thomas,
    Il y a trois ans tu m’emmenais faire la traversée du Gélas puis celle des arêtes du Saint Robert, et il y a deux ans tu me faisais découvrir les arêtes de la Pointe André et de la Malédie : quel grand et vrai bonheur pour moi qui n’avais plus fait d’alpinisme, pour des raisons personnelles, depuis presque trente ans…
    Ton écoute et ta patience, ta gentillesse jusque dans la rigueur et ton exigence très professionnelles m’ont amené à avoir une totale confiance en toi… et nous devions repartir ensemble cet été, dans les Alpes et peut-être – dans mes rêves en tout cas – du côté de l’Aiguille de l’M ou de l’arête des Cosmiques, mais un imprévu de mon côté en a décidé autrement. Ce que tu m’a néanmoins permis de réaliser est gravé au plus profond de moi et le restera comme trace de la vie dans ce qu’elle a de plus fort et de plus beau. Pour tout cela je tiens à te dire aujourd’hui, Thomas, simplement, merci.
    Pour ta famille et tes proches je me permets également, dans ce moment de douleur immense que le sort nous impose de partager à côté de toi, d’associer à la leur et par le biais de ton équipe Guides06, l’expression sincère de ma très grande et très profonde tristesse. Je leur souhaite de trouver en eux tout le courage dont ils ont besoin.
    Robert

    Répondre
  4. Thomas, il y a trois ans j’ai eu la drôle d’idée de vouloir devenir alpiniste et j’ai croisé ta route.

    Tu m’as appris à poser mon premier friend, à vérifier qu’un piton chante bien.
    Tu étais là pour ma première course en montagne, pour une dizaine d’autres et pour la plus belle, cette magnifique traversée de la Meije qui était encore plus belle parce qu’encordé avec toi.

    Tu m’as filé tes chaussures lors d’une cascade de glace, donné les adresses des meilleures boulangeries des Alpes maritimes…

    Tu m’avais proposé de m’emmener faire la traversée des Drus une prochaine fois, je la ferai un jour et je penserai à toi.

    Merci de m’avoir transmis un peu de ta passion pour les montagnes et je suis franchement triste de me dire qu’on ne se reverra plus.

    Toutes mes pensées à ta famille et à tes proches.

    Nicolas

    Répondre
  5. Merci Thomas pour tes sourires inoubliables. « Il est beton, balle neuve » disais tu. Ces expressions et ce sourire partagés, gravés en nous, les alpinistes que tu emmenais volontiers au bout de ta corde. Merci. Mes condoléances à ta famille.

    Répondre

Laisser un commentaire

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com