Sur les grands sommets des Alpes – Informations – Programme des activités : Guides 06

Sur les grands sommets des Alpes!

Toutes ces montagnes présentent les particularités, d’être à la fois des sommets de plus de 4000 mètres
et de ne pas avoir de voie normale « facile » (c’est-à-dire F dans l’échelle de difficulté alpine).

En effet, les voies normales de tous ces sommets sont cotées AD (Assez Difficile) et
l’alpiniste s’engageant sur ces itinéraires se doit d’avoir une certaine aisance en terrain
varié (neige et escalade facile) ainsi qu’une bonne condition physique.

Dans ces courses, le guide ne peut avoir qu’une personne sur sa corde.

photo : lever du jour au Cervin.

Le Cervin 4477 mètres

Montagne mythique s’il en est, sa forme élancée fait toujours rêver.
L’arête du Lion est la voie normale italienne. Historiquement c’est une des voies les plus marquantes de l’alpinisme.

En 1865, la première du Cervin est à faire, et la rivalité entre les protagonistes est à son comble.
L’équipe du Britannique Edward WHYMPER, conduite par le chamoniard Michel CROZ, réussit la première ascension
de la montagne le 14 juillet 1865 par l’arête du Hörnli (voie normale Suisse).

Côté Italien, le 17 juillet, les Guides Jean-Baptiste BICH et Jean-Antoine CARREL réussissent, la deuxième ascension
de la montagne par l’arête du Lion, les passages les plus ardus offrent une belle et raide escalade en 4 ou 5 !

Aujourd’hui des chaînes et cordes facilitent l’ascension mais il est fascinant de penser que les premiers sont montés
et descendus quasiment sans s’assurer !
Pour gravir l’arête du Lion, il faut d’abord accéder au refuge Carrel. Cette première journée étant éprouvante, nous
vous proposons la course sur 3 jours.

Cela permet d’avoir un jour de sécurité, soit pour la météo soit pour mieux gérer le retour de course après le sommet.
Nous vous proposons cette course sur 3 jours.

photo : l’arête finale du débouché du Whymper au sommet de la Verte.

La Verte 4122 mètres

« Avant la verte on est alpiniste, à la Verte on devient montagnard ! » disait le grand Guide Gaston REBUFFAT
Et c’est pas des conneries !!…

Réplique facile et ironique face à cette citation d’un autre temps, alors qu’il est incontestable que
pour gravir la Verte il faut être un alpiniste complet !

L’arête du Moine à la réputation d’être une longue bavante digne des pires courses de l’Oisans
tandis que c’est une voie sans doute aussi belle que la célèbre arête Küffner au Mont-Maudit.
Les passages sont variés, l’ambiance extraordinaire et l’arrivée au sommet un enchantement, décuplé par tant d’heures d’efforts.

Nous vous proposons la course en trois jours (deux nuits au refuge du Couvercle).
Cette formule augmente les chances de succès, notamment en permettant une arrivée au sommet plus
tardive sans se soucier de l’heure de retour du dernier train du Montenvers !
Nous vous proposons cette course sur 3 jours.

photo : la Dent Blanche vue depuis son versant Nord-Ouest et descente par l’arête Sud.

La Dent Blanche 4357 mètres

Ce prestigieux sommet au cœur du Valais s’aborde par le Val d’Hérens.
Parking à Ferpècle vers 1800m puis on passe au hameau de Bricola (2415m) pour atteindre le refuge de la Dent Blanche à 3507m.
Les 850 mètres qui séparent le refuge du sommet sont du pur terrain montagne où on ne court ni à la montée ni à la descente !

Cette lenteur permettra sans doute de profiter de la vue extraordinaire sur l’austère face W du Cervin et la face Nord de la Dent d’Hérens mais aussi très certainement d’une seconde nuit au refuge !
Nous vous proposons cette course sur 3 jours.

Le Weisshorn 4506 mètres

Tout comme le Cervin le Weisshorn est un sommet prestigieux du Valais, mais dans l’imaginaire collectif il est nettement moins connu alors que pour de nombreux connaisseurs c’est une des plus belles montagnes des Alpes.
Des trois arêtes qui composent la pyramide impeccable qu’est le Weisshorn, l’arête Est est considérée comme la voie normale.

Dans la vallée avant Zermatt, il faut partir du village de Randa (1407m) pour rejoindre la Weisshornhutte (2932m). Cette course magnifique nécessitant quelques paires d’heures, au retour il ne nous semble pas superflu de redormir au refuge. De surcroit, étant moins contraints par l’horaire cette solution donne toujours plus de chance de réussite.
Nous vous proposons cette course sur 3 jours.

photo : la chaîne des Monts-Roses.

Monts-Roses
Liskham
4527 mètres et Dufoursptiz 4634 mètres (point culminant des Monts-Roses)

Les Monts-Roses forment une chaîne de 4 sommets, du nord au sud : le Nordend 4609m est le moins parcouru, ensuite vient le point culminant la pointe Dufour 4634m, très classique depuis Zermatt.

Les 2 sommets les plus au Sud sont le Zumstein 4563m et le Signalkuppe où se situe le refuge Magherita qui à 4554m est le plus haut d’Europe. Assez proches l’un de l’autre et techniquement faciles, ils sont très classiques depuis l’Italie via Alagna.

J1 : préparation de courses puis montée à Gnifetti 3611m ou Citta de Mantova 3440m.

J2 : Liskham Est 4527m par l’arête Sud ou l’arête Est à définir en fonction des conditions. L’arête Est du Liskham Est est une arête de neige parfaite qui ravit les amateurs de courses classiques et bien souvent terrorise les autres ! Nuit au refuge Magherita, ou deuxième nuit à Gnifetti 3611m, à décider en fonction de l’acclimatation.

J3 : nous gravirons le Zumstein 4563m, ensuite nous descendrons au col du Grenzsattel 4452m avant de remonter entre terre et ciel au point culminant des Monts-Roses : le Dufourspitze 4634m. En fonction de l’acclimatation, nuit à Margherita ou à Gnifetti.

J4 : descente et retour.

Le guide de haute-montagne encadre une seule personne maximum. Au delà, un second guide est présent.

Condition physique : Niveau de randoNiveau de randoNiveau de rando

Niveau alpinisme : Niveau d'alpinismeNiveau d'alpinisme ou Niveau d'alpinismeNiveau d'alpinismeNiveau d'alpinisme

retour page alpinisme estival

Laisser un commentaire

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com