Verdon : Oh voleurs méfiez-vous !!!

Le 4, 5 et 6 décembre 2019, en compagnie de Thomas Auvaro et Guillaume Cadas, nous sommes allés vivre une petite aventure dans le Verdon. Lorsque la météo n’est pas au beau fixe, que les pluies de l’automne ont mouillé tous les cailloux, l’artif reste une valeur sûre pour l’alpiniste en mal d’aventure.

Notre choix se porte sur « Oh voleur méfiez-vous !!! » à la Paroi Rouge. Une voie dont on nous a dit le plus grand bien.

Thomas prends le soleil à R6 :

J1 : froid et humide

Nous arrivons au parking du couloir Sanson le 4 décembre. L’ambiance est humide et froide, tout juste au dessus de 0°C, il n’y a pas un chat dans les gorges.

J’ai rarement vu les gorges autant trempé, ici la paroi du Duc :

Qui dit voie d’artif dit inévitablement gros sacs… Le premier jours nous portons notre barda au pied de la paroi et fixons les premières longueurs :

Après une première petite longueur commune à la voie Mescalito, c’est partie dans Oh voleurs méfiez vous!!! .

Je me lance dans la première longueur en 6A. Le rocher gris du Verdon, qui a fait la réputation des lieux, laisse place à un rocher rouge complètement délité où l’on grimpe sur des oeufs sur les 7 premiers mètres :

Guillaume se joue facilement de L2 en A2/A3 avec un départ sur crochet dans du beau rocher :

Thomas se lance dans la troisième longueur. Nous avons emprunté la longueur de la « Guy Héran « en 5+/6A qui nous dépose dans la première grotte.

L’objectif du jour est atteint, nous fixons nos cordes et redescendons dormir au chaud et au sec à la Palud.

J2 : Franchissement de la première grotte et bivouac à R4

Le lendemain, le départ est matinal. A cette période de l’année les journées sont courtes et le temps passe très vite en artif… A 9h15 je pars dans L4, côté A3/A4. Une belle longueur ou l’on navigue dans un toit entre de grosses épées de Damoclès, plus solide qu’il n’y parait.

Thomas déséquipe la fin de cette grande longueur :

Guillaume négocie ensuite L5 en A3, une longueur plus courte avec quelques trous évasés.

Nous décidons de continuer à grimper de nuit dans L6 en A4. Les journées étant courtes, si nous n’avançons pas de nuit nous n’auront pas le temps de sortir le lendemain. Thomas s’arme donc de sa frontale et grimpe 20 mètres dans L6, avant de fixer sa corde et redescendre bivouaquer dans la grotte de R4 commune avec Mescalito.

J3 : Départ matinal et arrivée à la nuit

Le lendemain, le réveil est matinal ! Thomas est dans les strating-blocks est à 7H30 il se retrouve au point atteint la veille. Il fini cette grande et belle longueur :

Guillaume, heureux de retrouver le soleil, déséquipe L6 :

A mon tour de partir dans L7, A3/A4. La première moitié se déroule dans une fissure avec de bons pitons. La seconde moitié est plus aléatoire sur crochet, friends et pitons, avec 3 spits en place.

Thomas remonte L7 pendant que Guillaume se prépare à déséquiper :

Thomas se lance dans L8, le beau bombé final, à nouveau A3/A4. Une longueur assez courte avec quelques spits au début puis une belles sections sur crochets :

Déséquipement de L7…

Pendant que Guillaume remonte plein gaz !!

Une dernière longueur facile et nous sortons au sommet de la paroi rouge. Nous arrivons à la voiture à la tombée de la nuit, bien content d’avoir vécu cette petite aventure en si bonne compagnie !

Au final une très belle voie d’artif où le peu de passages permet de grimper sur du rocher peu abimé, avec peu de matériel en place.

Pour le matos, nous avons utilisé :
– 50 pitons varié, essentiellement des U et des universels, moins de lames.
– crochets variés
– quelques coin de bois
– un jeux de friends complet, stoppers, jeux d’aliens hybride confortable.
– plaquettes + vis 8mm

Nous avons bivouaquer à R4 dans la grotte de Mescalito, 2 places allongés et un portaledge une place (bien confortable pour les relais !)

Laisser un commentaire

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com