Mont Blanc, Intégrale du Brouillard

Du 17 au 20 mai 2022, avec Balázs, nous sommes allés nous frotter à l’envers du Mont Blanc, certainement l’un des coins les plus sauvages du massif, surtout en cette saison. Après une première expérience ensemble plutôt convaincante, nous avons décidé d’aller visiter l’arête du Brouillard. Plusieurs variantes sont possibles pour atteindre le col Emile Rey et la partie sommitale commune, nous avons opté pour l’intégrale qui part du Lac des Marmottes en Val Veny et qui termine au Mont Blanc pour un dénivelé total de 3500 mètres et 7 km de parcours d’arête. Nous avons atteint le sommet du Mont Blanc le 19 mai après 3 journées bien remplies et 2 bivouacs à la belle.

Lundi 21h30, on prend la route pour les « Grandes » Alpes. Après un dodo en mode routier sur l’autoroute italienne et un levé matinal, nous arrivons en Val Veny. Bonne surprise du matin, la route a réouvert jusqu’au parking de Frêney et nous gagnons une bonne heure et demie.

Sur la route, nous avons un superbe visuel sur la face sud du Mont Blanc et notre arête (celle de gauche sur la photo) du Col du Brouillard (3288 m) jusqu’au Mont Blanc de Courmayeur (4748 m), en passant par la Pointe Baretti (4013 m), le Mont Brouillard 4069 m, le Col Emile Rey (4030 m) et la Pointe Louis Amédée (4460 m). Un bon chantier s’annonce !

La colline boisée cache la première partie de l’arête que l’on voit mieux ci-dessous en arrière plan de l’Aiguille « ronde » du Chatelet.

Mardi 8h20 donc, fins prêts avec nos gros sacs sur le dos… Au menu du jour : avancer !

Après un échauffement relativement roulant le long de la moraine du glacier du Miage, on attaque l’arête juste au dessus de la zone humide du Lac des Marmottes, la pente est raide et l’on tient parfois les touffes d’herbe avec les mains pour enrayer les déséquilibres causés par les gros sacs. Il fait très chaud, on se console en se disant qu’il fera bon au bivouac ce soir !

Quelques 1000 m de dénivelé plus tard, on attaque la grimpette, avec en apéro, les Aiguilles Rouges du Brouillard (3368 m).

Assez vite, la neige apparaît, la quantité est trop faible pour que les crampons soit utiles surtout dans l’état avancé de transformation où nous la trouvons, mais nous sommes contraints de « réfléchir » un peu pour passer au plus facile. Ci-dessous, Balázs dans une traversée sur feuillets mouvants.

Le parcours des Aiguilles Rouges est beaucoup plus long et grimpant que ce que j’avais en tête et à 17h, nous avons à peine le visuel sur le Col du Brouillard. La suite de la course se dessine générant un sentiment mêlant excitation et … peur !

Nous arrivons au col à 19h, bien entamés, au dessus de nous la neige prend le dessus sur le rocher et nous décidons de bivouaquer ici pour profiter du regel, même médiocre, du lendemain. Un petit coup d’œil en arrière, nos aiguilles du jour pavanent dans les dernières lueurs du crépuscule.

Nous ne trouvons aucuns emplacements de bivouacs rocheux et décidons de monter notre camp entre neige et rocher. En face de nous à l’ouest, les Aiguilles de Tré la Tête. Balázs a le smile, il déballe son nouveau joujou, un Thermarest confort -10°C flambant neuf !

Une popotte plus tard, nous sommes repus, c’est l’heure de l’emmitouflage. Malgré un rythme honnête, nous sommes encore bas sur l’arête et décision prise de mettre le réveil pour 2 h le lendemain.

La courte nuit est douce et nous dormons bien.

Mercredi 2 h, le bip retentit, c’est matinal mais nous sommes relativement reposés. Petite dégustation du mix avoine, amandes, fruits secs, capuccino latte concocté par Balázs et on se met en mouvement tranquillement. Comme prévu le regel est bof, en se faisant léger on reste en surface et tout d’un coup, on enfonce jusqu’à mi-cuisse … On est content de trouver des ilots rocheux …

La lune est presque pleine et la nuit est claire, l’ambiance est dingue. Et puis ce sont les couleurs de l’aube qui s’invitent au spectacle. La journée s’annonce radieuse, sa majesté la Noire de Peuterey se dessine déjà dans le ciel.

Nous avons chaussé les crampons dès le départ du bivouac, la course est devenu très mixte. Nous avançons bien de nuit et lorsque le soleil se lève, on est plus très loin de la Baretti.

Quelle vue sur les Aiguilles de Peuterey, c’est dur de se concentrer sur son escalade !

Il est autour des 9 heures lorsque nous atteignons le Col Emile Rey, on a bien bossé même si toute cette neige ne nous permet pas de vraiment « courir ». En contrepartie, l’ambiance est devenue patagonienne et on en prend plein les mirettes. A chaque fois que je me retourne vers Balázs pour le tchatcher je me dis : « oh putain con, c’est beau ! ».

Très vite, nous sommes face au crux de la course, un petit bastion encaissé de 80 mètres. Il est arboré de charmantes sculptures sorbets prêtes à se péter la gueule au moindre coup de piolet. En général parcouru relativement sec, la montagne propose aujourd’hui une glace pourrie et de la flotte qui gerbe de toutes les fissures, sympa !  C’était plus ou moins prévisible mais quand on est devant ça fait toujours drôle … Ca protège quand même pas trop mal et je repère un piton jaune salvateur. Oui il est jaune, on devrait pas trop tirer dessus mais compte tenu des circonstances tout est permis et la lame du piolet se glisse parfaitement dans l’œil du piton. Un réta plus tard et je crie relais à Balázs, ouf ! Celui-ci me rejoint en 2 – 2, fumant !

La longueur suivante est plus cool puis il faut encore s’employer pour sortir dans la pente de neige qui nous sort des difficultés. Les passages peu raides sont encombrés d’eau ou de neige et on décide d’artifer une fissure raide où on trouve un Friend coincé … L’aventure ! On est mieux dans le névé de sortie mais pas franchement mieux, la neige est en soupe et dessous glace béton … Le piolet light me rebondit dessus à chaque ancrage. L’aventure !

Bon on arrête les conneries et on retrouve le caillou, re-ouf !

 

La suite redevient un petit peu plus « conventionnelle »…

Mais on brasse copieux dans la lourde, dès qu’on trouve un bout de caillou, on se rue dessus. On surplombe maintenant l’arête parcourue le matin et la veille, c’est assez splendide. On a comme atteint un point de non-retour.

Quelques pentes de neige et mixte plus tard, on atteint enfin la Pointe Louis Amédée, nommée ainsi en l’honneur du Duc des Abruzzes Louis Amédée de Savoie. L’heure a filé, il est 17 heures. Face à nous, on peut observer les dernières difficultés pour atteindre la longue crête sommitale. On échange avec Balázs un petit regard qui en dit long, ce sera pour demain. Ce soir on pionce sur la Louis Amédée.

Difficile de rendre en photos l’absolue dinguerie de ce bivouac, heureusement Balázs a immortalisé l’instant en vidéo. Ayant quelques notions de hongrois, je traduis en court sa pensée du moment : « Mayday, mayday, je suis séquestré par un fou, si quelqu’un m’entend, déclenchez tout de suite les secours » !!!

 

L’endroit est magique, on se sent tout petit sur notre promontoire. A nos pieds, les grandes arêtes de l’Envers, les bassins du Frêney, du Brouillard et du Mont Blanc.

Les nuages vont et viennent et lorsqu’il disparaissent, on a le droit à ce genre de paysage ; panoramique entre Tré la Tête et Mont Blanc.

 

On se met tôt au « lit » avec dans l’idée un départ entre 2 et 3 h comme la veille. On a du mal à estimer la durée du parcours qu’il nous reste jusqu’au sommet et la météo du lendemain sera peut-être un peu plus rude. On préfère bétonner. Il fait encore bien doux à 4500 m, pas de vent c’est presque trop beau.

Vers 23 h, ce ne sont pas les ronfleries de Balázs qui me réveillent mais bien une pluie d’éclairs, d’abord la lumière puis quelques tonnements. Ce n’est pas encore sur nous, mais la proximité est inquiétante, je passe un coup de fil au PG qui check les dernières animations, l’épisode sera court et difficile de dire s’il sera actif sur le Mont Blanc. Finalement, plus de peur que de mal et nous seront épargnés, les prévisions seront passées complètement à côté de l’évènement …

Jeudi 2h45, nous attaquons la varappe et ça gronde encore un peu au loin, on attaque la journée par un rappel gazeux même de nuit qui nous met tout de suite dans le bain et on oublie l’orage qui disparaît. La couche de neige est bien épaisse à présent et on prend le temps de tester les appuis avant de mettre du poids dessus … Nous arrivons au passage le plus grimpant de la journée encore de nuit, on fait cracher la frontale à plein tube pour trouver le cheminement, ça grimpe sec pour du 4+ les crabes aux pieds mais pas d’impasse on trouve la ligne de faiblesse, dément. Les pentes mixtes qui suivent sont plus conventionnelles et on sort sur la grande arête sommitale qui mène au Mont Blanc de Courmayeur un peu après l’aube.

Ca commence à sentir franchement le sommet mais quelle bambée encore cette fin d’arête ! On est bien dans le timing et maintenant on profite à fond de la fin de la course.

Je reviens en terrain connu au Mont Blanc de Courmayeur, c’est toujours rassurant surtout que nous l’avons trouvé, à présent, le fameux brouillard de l’arête du Brouillard !

Il est 10 h lorsque nous atteignons le sommet du Mont Blanc.

Balázs a puisé tout au fond, mais aura été d’une grande vaillance. Il nous livre ses impressions en direct.

 

Sous titre : « Mais bordel, personne écoute sur cette fréquence ? Je vous dis que ce mec va me flinguer, mayde mayde !!! ».

Un petit coup de fil au PG pour leur dire que tout s’est bien fini concernant l’orage (un grand merci à eux pour l’assistance à distance) et on attaque la descente vers les Grands Mulets. Lorsqu’on bascule versant nord, retour du beau temps et abrités du vent, c’est le pied !

Il est 15h quand nous arrivons au refuge des Grands Mulets, quel accueil ! Pour une belle soirée et un repos bien mérité.

Vendredi 12h30, on débarque à Cham poil pil pour le burger et la mousse et frais comme des gardons pour le retour au bercail, des images plein la tête.

Un énorme bravo à Balázs, très solide à tous points de vue qui voulait faire une course le lendemain … Heureusement que j’avais un mot d’excuse.

Une course bien mystique dans ces conditions, c’était dément, merci la montagne.

 

8 réflexions au sujet de “Mont Blanc, Intégrale du Brouillard”

  1. Bonjour
    Votre belle aventure m’a permis de me rappeler la première ascension hivernale de cette itinéraire que j’ai réalisé il y a très longtemps avec deux amis / clients : Michel et Charles. Mon ami Louis Audoubert était de la partie.
    Amicalement
    Marc

    Répondre
  2. Passionnant !. Impressionnant !. Remarquablement conté, et enrichi de pointes d’humour aussi intelligentes qu’exquises !.
    Bravo messieurs, je suis admiratif, viscéralement admiratif (pas béatement..) !!..

    Répondre

Laisser un commentaire

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com